Le quotidien régional « La Nouvelle République » a récemment fait état de la démarche engagée par la Ville de Parthenay, relative à sa politique de développement culturel. Décision Publique a été retenue pour accompagner cette réflexion.

 Une politparthenayique culturelle c’est avant tout une politique  »

15/09/2016

Le cabinet de conseil Décision publique va proposer des axes de réflexion pour la politique culturelle de demain à Parthenay.

La concertation sur l’orientation culturelle de la Ville, baptisée Culture et vous, se poursuit entre élus, acteurs culturels et habitants.

Quelle politique culturelle, demain, à Parthenay ? C’est la question que se pose le cabinet de conseil Décision publique depuis mars, à travers le projet « La culture et vous », lancé par la Ville. Après un questionnaire auprès de la population et des entretiens avec les élus, les responsables d’équipements culturels et les associations professionnelles et amateurs, le cabinet a lancé hier et aujourd’hui des ateliers d’échanges.

«  La mobilisation conjointe est incontournable  »

En toile de fond, il s’agit de se demander « quelle est la place de Parthenay et de son bassin d’emploi dans la nouvelle région et comment la culture peut jouer un rôle dans son développement ? », explique Jean-Louis Bonnin, du cabinet Décision publique et président de l’Observatoire des politiques culturelles. Le rôle du cabinet reste d’analyser la situation et de proposer des axes de réflexions, pas d’agir. « Notre rôle n’est pas de «  faire à la place de  », mais d’apporter une méthode, une expertise et notre connaissance des collectivités, précise Jean-Michel Rivalland, du cabinet Décision publique. Une politique culturelle est avant tout une politique, elle doit être portée par les élus. »
Si la concertation est en cours depuis mars, et devrait déboucher sur un document avant la fin de l’année, les éléments qui se dégagent pour l’instant restent très théoriques : « Nous avons identifié cinq mots qui définissent la situation actuelle : foisonnement, émiettement, dispersion, concurrence et défiance, indique Jean-Michel Rivalland. Nous aimerions les transformer en priorité, lisibilité, coordination, complémentarité et confiance. » Rien de bien concret à se mettre sous la dent pour l’instant, bien que ce projet ait le mérite de rouvrir le dialogue entre élus et acteurs culturels, relativement mis à mal ces dernières années, par l’intermédiaire d’un acteur extérieur et objectif. « Les villes de taille moyenne comme Parthenay ne peuvent pas se payer le luxe de confrontations durables entre acteurs locaux, souligne Jean-Michel Rivalland. La mobilisation conjointe est incontournable. S’il n’y a pas une vraie complémentarité, une synergie, les acteurs culturels le paieront financièrement et les acteurs politiques le paieront dans les urnes. »

Décision publique, un cabinet d’experts

Le cabinet de conseil Décision publique, mandaté par la Ville pour conduire les discussions autour du projet « La culture et vous », n’en est pas à son coup d’essai. Jean-Louis Bonnin, qui intervient ponctuellement pour ce cabinet est aussi président de l’observatoire des politiques culturelles de Grenoble. Auparavant, il a notamment été conseiller culturel du maire de Nantes, Jean-Marc Ayrault, responsable de la formation des cadres culturels au ministère de la culture, et directeur du centre culturel de l’Albigeois (Scène Nationale). « Ces différentes expériences me permettent d’avoir un regard à la fois politique mais aussi de professionnel de la culture », explique-t-il.
Son collègue, Jean-Michel Rivalland, n’en est pas moins expérimenté : professeur d’économie à l’université d’Annaba, en Algérie, il a suivi une longue carrière dans le domaine de la formation professionnelle. Egalement consultant en management, il est à l’origine du cabinet. « Nous accompagnons les collectivités locales et les partenaires publics dans les domaines de la culture, d’abord, mais aussi de la santé », dans un contexte de désertification médicale. « Nous nous intéressons particulièrement aux villes de taille moyenne, qui sont toutes confrontées aux même types de problèmes et de fractures territoriales.
Dans mes déplacements, je traverse beaucoup de centres-villes carbonisés, on ne peut pas laisser les choses filer comme ça ! »

Laura Buratti

Quand la politique culturelle participe du développement territorial

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *