Au sein du vaste monde que constituent les Collectivités territoriales, l’heure est aux regroupements, aux fusions, aux mutualisations. Il n’est aujourd’hui pas de départements qui ne soient concernés par les rapprochements d’EPCI, les dynamiques de communes nouvelles, la mise en œuvre progressive de schémas de mutualisation ; schémas dont l’accouchement n’est pas toujours aisé. (À cet égard, signalons l’enquête en cours, conduite conjointement par Décision Publique et le Syndicat National des Directeurs Généraux de Collectivités Territoriales, sous la coordination de Pierrick Lozé, enquête portant sur les modalités de mise en œuvre de ces schémas).

« Bref, le monde territorial est en mutations profondes ! »

Pour mieux répondre aux multiples questions posées aux différents acteurs territoriaux (élus, cadres dirigeants, cadres et personnels), Décision Publique a fait le choix de s’inscrire aussi dans cette dynamique de fusions / rapprochements entre acteurs de l’économie locale et du développement des territoires. C’est ainsi que Décision Publique constitue désormais la filiale dédiée au management public du groupe COCERTO   (www.cocerto.fr). Créé en 1984, le groupe COCERTO se caractérise par son maillage territorial, qui traduit sa volonté de proximité avec les entreprises de l’Arc Atlantique. Présents sur 6 départements de la Bretagne à la région parisienne, en passant par le bassin aquitain, plus de 180 collaborateurs répartis sur 12 bureaux sont au service des entreprises et des territoires.

Décision Publique est désormais en mesure de proposer aux collectivités et à leurs acteurs une offre élargie, répondant au plus près de leurs besoins en matière d’optimisation des ressources, de projets de développement, de projets de territoires et de valorisation des entreprises, afin de les accompagner dans la préparation de leur avenir. Cela permet également d’enrichir l’offre de services en direction des collectivités, puisque COCERTO et Décision Publique sont désormais en mesure de répondre aux nombreux besoins d’audits comptables, organisationnels et managériaux en direction des « satellites » des collectivités  intervenant dans des champs aussi divers que la culture, le sport ou les politiques sociales.

 

logo cocertologo DP

 

 

 

 

Elargir le champ des possibles !
Étiqueté avec :    

Une pensée sur “Elargir le champ des possibles !

  • 1 juillet 2016 à 8 h 52 min
    Permalien

    Beaucoup d’initiatives doivent être prises par les élus et mises en œuvre par tous. Les élus ont besoin de mettre en œuvre leurs programmes. Les citoyens ont besoin que les services rendus correspondent à leurs attentes.
    Les compétences sont trop dispersées entre plusieurs collectivités + l’Etat; il est indispensable de réduire les compétences et de les répartir en réduisant les recouvrement; une nouvelle étape est en cours avec les lois récentes ; mais le processus est lent. Exemple : Les AOT avec l’Etat, la Région, le Conseil Général, les métropoles ou communautés urbaines ou d’agglomération, voire les communes, qui peuvent bâtir chacun de leur côté une offre de transport en commun voire multimodale, sans se soucier de coordination, de complémentarité, de continuité. Le service doit être réellement conçu pour les clients, faciliter la mobilité multimodale, et si possible écarter les raisons existentielles des AOT, les enjeux de clivages politiques relayés par les services, dans lesquels les citoyens ne doivent pas être pris en otage. Il doit être conçu globalement de porte à porte, avec un minimum d’intervenants, et dans la coordination. Ainsi les politiques répondent mieux aux besoins des citoyens, sans doute parfois à moyens constants, peuvent desservir des zones non desservies, faciliter les reports de la route vers les transports en commun, les économies pour les citoyens et les contribuables.
    La mutualisation et la répartition des compétences en évitant les recouvrements et sinon en ayant l’obligation de coordination, sont indispensables.
    Des gains d’optimisation et d’efficacité peuvent être réalisés. Ceci doit permettre de dégager du temps et des moyens, pour offrir d’autres services, d’autres réalisations.
    Les actions publiques mobilisent diverses politiques; pour mener à bien des projets et des adaptations de fonctionnement, il paraît nécessaire de mettre en place des rôles transversaux mobilisateurs, et des objectifs de résultats.
    Face à la complexification de l’environnement juridique et décisionnel, il est nécessaire d’avoir des personnes capables de solutionner, d’optimiser, de synthétiser et d’entrainer sans relâche vers les décisions puis les réalisations.
    L’évaluation des politiques, de l’organisation et des services rendus, doivent permettre d’adapter, de réorienter à temps, d’améliorer en continue les services, et aussi de soutenir et de cultiver cela chez les personnes chargées de la mise en œuvre, avec un esprit de réussite collaborative d’équipe.
    Nous observons dans des collectivités une forte réduction des marges de manœuvre et donc des investissements, du fait parfois d’une non maîtrise des dépenses de fonctionnement, et aussi d’une pression fiscale qui limite l’augmentation des recettes. La bonne gestion avec une vision de moyen et long termes, est indispensable pour déployer et réussir les politiques, en anticipant, en optimisant, en limitant les déperditions, en priorisant les actions, les effets leviers.
    Il faut retrouver des marges de manœuvre, et elles peuvent se trouver dans le process de production, l’organisation des services, la mobilisation, la formation et l’adaptation du personnel, mais aussi une amélioration de la gestion du patrimoine permettant des gains et une valorisation, etc.
    On défend d’autant mieux le service public qu’on améliore les services rendus du point de vue du citoyen client, que l’on assure l’efficience, pour un coût maîtrisé et supportable pour les contribuables.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *