La réforme territoriale facteur d'innovation« La ruralité est-elle archaïque ou ringarde ? » Cette question posée dans un article du magazine Métropolitiques fin 2014 reflète bien la disposition d’esprit avec laquelle intellectuels et politiques considèrent tout ce qui ne relève pas de l’urbain. Or, il n’y a pas que les grandes métropoles qui évoluent et innovent. La campagne et les aires périurbaines vivent aussi des mutations, perceptibles dans les paysages et les modes de vie mais aussi dans l’évolution des politiques publiques locales. Et il n’y est pas question que de déshérence…

Des territoires d’innovation institutionnelle

Si la ruralité peut être synonyme d’innovation citoyenne et sociétale, les collectivités territoriales ont-elles aussi été fortement incitées par le législateur à se reformer et à repenser leur avenir à court et moyen terme.

En effet, le relèvement des seuils de l’intercommunalité dans le cadre des lois RCT puis NOTRe les encourageant à la création des communes nouvelles a introduit une réflexion d’ensemble sur le périmètre de l’intercommunalité, sur le bloc de compétences communautaires et communales et plus largement sur les services offerts à la population dans leur ensemble.

Autre exemple de territoire en mutation, le cas du Pays des Mauges illustre l’innovation institutionnelle que la réforme des collectivités territoriales a introduit sur les territoires ruraux et péri-urbains.

Ce territoire de projet a engagé au cours de ces deux dernières décennies une mutation institutionnelle forte en réduisant de manière drastique son nombre de collectivités territoriales, en passant de 39 communes à 6 communes nouvelles, puis de 6 EPCI à une seule communauté de communes. Cette mutation profonde du territoire a été motivée par un double constat, une baisse progressive des dotations de l’Etat et le développement des démarches de mutualisation. Ainsi, pour pouvoir continuer à investir et offrir des services plus efficients à la population, les élus ont été contraints de faire évoluer leur organisation et d’innover en s’appropriant les codes de l’économie collaborative.

Ces changements institutionnels sont aujourd’hui de véritable révolution pour les territoires ruraux d’autant plus que le rythme de la réforme territoriale ne laisse que très peu de temps aux élus pour faire évoluer leur territoire et penser un véritable projet d’avenir. Cette mutation institutionnelle des collectivités territoriales à marche forcée, dans certains cas, ne concerne pas les territoires urbains et métropolitains. Ces derniers n’ont en effet que très marginalement fait preuve de leur capacité à innover dans leur organisation territoriale.

Les territoires ruraux ont également pu faire preuve d’une capacité d’innovation au cours de ces dernières années afin de répondre à l’ensemble de leurs enjeux : création des maisons de santé pluridisciplinaire, création de logement intergénérationnelle, création de tiers lieux et de cantine numérique.

Le monde rural : territoire d’alternative ou cité dortoir ?

Si la réforme des collectivités territoriales et notamment la loi NOTRe a été facteur de renouveau pour les collectivités territoriales rurales, la loi MAPTAM, qui conforte le développement des métropoles, ouvre un ensemble d’interrogation quant à l’avenir des territoires ruraux et périurbains et à leur capacité à exister en dehors des métropoles et à construire leur avenir.

Dans le cadre d’une étude prospective sur la France rural en 2020, la DATAR s’est interrogée sur cette relation ville-campagne, aujourd’hui conflictuelle et qui nous interpelle. Indirectement, il s’agissait pour eux de se poser la question du rôle et de la fonction qui doivent être ceux des territoires ruraux et péri-urbains : une fonction résidentielle (cité dortoir), une fonction production (agriculture, industrie…), une fonction récréative et touristique, ou encore environnementale et de nature (corridor écologique).

La réforme territoriale facteur d’innovation
Étiqueté avec :                        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *