L’objectif des20140202_140626_1 réformes en cours dans la fonction publique territoriale, au-delà des impératifs d’économies, est de « faire mieux » ensemble dans tous les domaines où cela est possible.
Si la réussite de tels changements tient beaucoup de la force du dialogue et de la méthode pour parvenir à rassembler les décideurs autour d’une stratégie commune, le maintien de l’implication de l’ensemble des fonctionnaires est tout aussi essentiel.
Or, quelques signaux sont inquiétants. Le Baromètre Bien-être au travail dans la fonction publique (publié par La Gazette) nous donne quelques éléments sur l’émergence d’un certain mal-être des agents de la fonction publique pour lesquels « toutes ces évolutions peuvent générer inquiétude et peur du changement chez les fonctionnaires territoriaux ».
Deux points ressortent quant aux conséquences des évolutions d’organisation induites par les schémas de mutualisation sur la qualité de vie au travail des agents :
1. Ces évolutions n’impactent pas seulement les process de travail des agents et l’organisation de leurs activités. Elles touchent au cœur même de la relation qu’entretiennent les agents avec leur travail. La culture d’innovation et de responsabilisation des acteurs qui va de pair avec les changements « imposés », oblige à des évolutions de postures professionnelles des agents qui ne vont pas de soi.
2. L’élargissement des périmètres de l’activité lié aux mutualisations, les nouvelles collaborations, les nouveaux flux de décisions et d’information peuvent être insécurisants pour les agents et contribuer à une perte de sens du travail quotidien. Maintenir l’engagement, c’est donc aussi accompagner l’encadrement dans le management de cette relation au travail au quotidien.
Ce mal-être des fonctionnaires territoriaux illustre au fond leur attachement fort à la notion de service public, qui constitue un levier important du sens de l’action collective.
La conduite du changement ne peut se passer d’une approche psychosociale pour mieux comprendre les ressorts individuels et collectifs des transformations en cours et proposer à l’encadrement et aux équipes de direction les leviers pour maintenir ou développer l’engagement des fonctionnaires dans cette période de transformations multiples.

Ce billet a été rédigé avec notre partenaire PSYA Ouest – 10, place du Parlement de Bretagne 35000 RENNES – https://www.psya.fr/index.php?id=en_region
Tel: (+33) 2 99 78 75 70

Maintenir l’engagement des agents dans une phase de perte de repères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *