schéma de mutualisationL’obligation faite aux EPCI de se doter d’un « schéma de mutualisation des services » avant Mars 2015 va très vraisemblablement générer de profondes transformations dans l’organisation des territoires, au sein des EPCI et dans la mise en œuvre des services publics locaux.

A ce jour, l’essentiel des pratiques de mutualisation observées concerne l’EPCI et la ville centre. Dès lors, la plus grande partie du territoire communautaire reste en dehors de cette logique. Les pratiques de mutualisation les plus abouties portent en effet sur une intégration forte, voire totale des services communautaires et de la Ville centre.

Il est en revanche beaucoup plus rare de trouver des territoires ayant réalisé une démarche de mutualisation à l’échelle de toutes les communes constitutives de l’EPCI.

Or, avec le schéma de mutualisation des services, c’est bien de cela qu’il est question !

Nul doute que c’est là un levier très puissant d’intégration communautaire. De nature réglementaire, il va générer d’importantes évolutions organisationnelles et managériales et va impliquer chez les Elus et cadres dirigeants qui seront à la manœuvre un fort sens du compromis, de véritables talents de négociateurs et une réelle capacité à argumenter et convaincre, sans pour autant contraindre.

Un tel « chantier » ne sera pas simple à conduire dans le cadre des périmètres actuels des EPCI. Qu’en sera-t-il lorsque les SCDI feront l’objet de révisions ?

Il y a là, pour les Elus de Mars 2014, matière à travailler pour une bonne partie de ce nouveau mandat.

Un chantier pour les élus des municipales de mars 2014 : passer de la mutualisation des services aux schémas de mutualisation.
Étiqueté avec :                    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *